English    Español    Français    Português   
 
Home Que fait l’ILGA? Actualités Pays Agir avec l’ILGA Contact
A lire aussi
Montréal 2006 cherche des ambassadeurs et des ambassadrices pour diffuser le plus largement possible la Conférence internationale sur les droits GLBT
Amour sans frontières: WorldPride 2005 à Jerusalem
La laïcité, la citoyenneté et l’inclusion de l’identité de genre au centre des discussions de la IIIe conférence latino-américaine de l’ILGA
Discours de Kursad Kahramanoglu à la réunion des ambassadeurs allemands à Berlin
ILGA participe au Comité Scientifique de la Conférence LGBT qui se tiendra pendant les jeux
De la même région
Amour sans frontières: WorldPride 2005 à Jerusalem
Droits de l'homme et orientation sexuelle
Comment vous nous avez aidé cette année et comment continuer à le faire
Sept questions a propos de la journee mondiale de lutte contre l’homophobie
Carlos Sanchez

Imprimer cette page   Envoyer à un ami   English   Español   Português
 7 Questions Journée mondiale contre l'homophobie

Pétition internationale
Vers une journée mondiale de lutte contre l’homophobie
09/09/2004
Monde
Monde
 
Louis-Georges Tin, directeur du Dictionnaire de l’homophobie (Presses Universitaires de France, 2003) milite pour l'adoption d'une journée mondiale contre l'homophobie pour une reconnaissance internationale des lesbiennes, des gais, des bi et des trans…

Si vous aussi vous soutenez cette initiative, et si vous souhaitez que cette Journée de Lutte Contre l’Homophobie soit inscrite officiellement au calendrier national et international, vous pouvez signer et faire signer cette pétition.

Selon une opinion largement répandue dans les pays occidentaux, l’homosexualité serait aujourd’hui plus libre que jamais : partout présente et visible, dans la rue, dans les journaux, à la télévision, au cinéma, elle serait même tout à fait acceptée, ce dont témoignent apparemment, dans plusieurs pays, les récentes avancées législatives sur la reconnaissance des couples de même sexe. Certes, quelques ajustements demeurent nécessaires pour éradiquer les dernières discriminations, mais avec l’évolution des mentalités, ce ne serait en somme, selon certains, qu’une simple affaire de temps, le temps de faire aboutir un mouvement de fond lancé depuis plusieurs décennies déjà.

Pour l’observateur un peu plus attentif, la situation est globalement bien différente : et à vrai dire, le XXe siècle a sans doute été une des périodes les plus violemment homophobes de l’Histoire : déportation dans les camps de concentration sous le régime nazi, goulag en Union soviétique, chantages et persécutions aux Etats-Unis à l’époque de McCarthy... Evidemment, tout cela peut sembler loin. Mais bien souvent, les conditions d’existence dans le monde d’aujourd’hui restent très défavorables.

L’homosexualité est partout discriminée ; dans quatre-vingts Etats au moins, les actes homosexuels sont condamnés par la loi (Algérie, Sénégal, Cameroun, Ethiopie, Liban, Jordanie, Arménie, Koweït, Porto Rico, Nicaragua, Bosnie…) ; dans plusieurs pays, cette condamnation peut aller au-delà de dix ans (Nigeria, Libye, Syrie, Inde, Malaisie, Cuba, Jamaïque…) ; parfois, la loi prévoit la détention à perpétuité (Guyana, Ouganda). Et dans une dizaine de nations, la peine de mort peut être effectivement appliquée (Afghanistan, Iran, Arabie Saoudite…). En Afrique, récemment, plusieurs présidents de la république ont brutalement réaffirmé leur volonté de lutter personnellement contre ce fléau selon eux " anti-africain ". Même dans d’autres pays où l’homosexualité ne relève pas du code pénal, les persécutions se multiplient. Au Brésil par exemple, les Escadrons de la mort et les skin heads sèment la terreur : 1960 meurtres homophobes ont pu être recensés officiellement entre 1980 et 2000. Dans ces conditions, il paraît difficile de penser que la " tolérance " gagne du terrain. Au contraire, dans la plupart de ces Etats, l’homophobie semble aujourd’hui plus violente qu’hier. La tendance n’est donc pas à l’amélioration générale, tant s’en faut.

C’est pourquoi nous proposons cette Journée Mondiale de Lutte Contre l’Homophobie. Elle a pour but d’articuler action et réflexion afin de lutter contre toutes les violences physiques, morales ou symboliques liées à l’orientation sexuelle ou à l’identité de genre. Elle entend susciter, soutenir et coordonner toutes initiatives contribuant à l’égalité entre les citoyens en la matière, de jure, mais aussi de facto, et cela dans tous les pays où cette démarche sera possible.

L’organisation d’une journée de lutte contre l’homophobie dans chaque pays permettra d’inscrire nos luttes dans une démarche de solidarité avec toutes les personnes lesbiennes, gaies, bi et trans (LGBT) du monde entier. Mais il s’agit aussi d’inscrire nos luttes dans une démarche plus globale de défense des droits humains. Depuis plusieurs décennies, dans le monde entier, de nombreuses actions ont été menées dans cette perspective, non sans succès d’ailleurs.

Nous nous situons dans cette lignée : nous voulons renforcer les expériences engagées, donner plus de visibilité aux tentatives futures et nous en appelons aux instances nationales et internationales afin qu’elles inscrivent cette Journée dans l’agenda officiel, à l’instar de la Journée Mondiale des Femmes ou de la Journée Mondiale de Lutte contre le Sida. La reconnaissance d’une telle Journée serait ainsi un engagement clair de la communauté internationale. Elle s’est mobilisée contre de nombreuses autres formes de discriminations et de violences sociales, mais pas encore sur ces sujets. Voici l’occasion.

Sept questions à propos d'une journée mondiale contre l'homophobie.

Louis-Georges Tin